Notre Avis

Ça fait plus de 6 ans que j’allaite « continuellement ». Eh oui, je n’exagère pas du tout. J’en suis en effet à mon quatrième enfant. Ils ont respectivement 6 ans, 4 ans, 22 mois, et 5 mois. Les deux premiers, je les ai sevré à l’arrivée de leurs benjamins respectifs. Mais le troisième, vu qu’il était encore « trop petit », je ne l’ai pas encore sevré et je l’allaite en même temps que le petit dernier, celui-ci étant en allaitement exclusif. Vous vous demandez surement où est-ce que je trouve autant de lait.  La réponse est tout simplement le Fenugrec.

J’ai cherché à avoir plus de lait pour mes deux enfants

 

Avant l’arrivée du petit dernier, je n’avais aucun problème sur la quantité de mon lait. Et pourtant, les trois premiers, ils étaient à l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de 6mois et les deux premiers ont été sevré à peu près à l’âge de 2 ans. Cela est dû au fait que je mange bien, mais nous savons aussi très bien que plus l’enfant tète, plus la production de lait est favorisée.

Seulement, comme j’allaite en même temps les deux derniers, je n’avais plus suffisamment de lait. En effet, notamment la nuit, il arrive que les deux se réveillent en même temps. Pour les rendormir et pour qu’ils arrêtent de pleurer, il n’y a qu’une seule solution : les allaiter. Ainsi, aussitôt que l’un a fini de téter, c’est le tour de l’autre. Là, vous vous dîtes que je suis « folle », que je me « torture ». Moi, je pense tout simplement qu’il n’y a pas meilleure affection qu’on puisse donner à son enfant. Et comme ma mère est décédée après m’avoir mis au monde, je n’ai pas eu cette chance d’allaiter, chose que j’ai promise à mes enfants et « autant qu’ils le veulent ».

Comme j’étais de plus en plus fatiguée, et comme le petit dernier avait des coliques (puisqu’il n’aspirait parfois que de l’air et qu’il y avait aussi de la qualité de mon lait, disait mon médecin), à part mon mari qui me comprenait très bien, tout mon entourage (proches, amis, y compris mon médecin) me disait qu’il faut sevrer mon troisième enfant. Mais comme je voyais qu’il n’était pas encore prêt (moi non plus d’ailleurs puisque je ne voulais pas qu’il soit « délaissé »), je me suis dit : je vais plutôt chercher une solution pour avoir plus de lait. J’ai alors fait des recherches sur internet et je suis tombé sur différents plantes / produits, mais le Fenugrec m’a particulièrement attiré. Notons d’ailleurs que mon médecin était d’accord, bien qu’il disait que s’il n’y avait pas de « résultats », il « m’obligerait » à sevrer mon troisième enfant.

J’ai été séduite par le Fenugrec

 

Je ne vais pas « critiquer » les autres plantes / produits, puisqu’il y a sûrement des femmes allaitantes qui y ont trouvé réponses à leurs attentes. Moi, je vais tout simplement vous parler de ce qui m’a séduit dans le Fenugrec, c’est-à-dire ses multiples bienfaits.

Tout d’abord, on ne peut contester son effet galactogène. Avec le Fenugrec, en effet, on ne parle pas dans l’air, on ne fait pas d’affirmation gratuite. Des recherches ont été faites et grâce à sa forte teneur en diosgénine, le Fenugrec est tout simplement un très puissant galactogène. C’est ainsi qu’avec une cure de 3 capsules par jour, en 72 heures maximum, la quantité de lait serait carrément multipliée par 5. Comment pouvais-je alors ne pas être séduite puisque moi-même je n’avais besoin de multiplier mon lait que par 2.

De plus, à part augmenter la quantité, le Fenugrec aurait aussi des effets positifs sur la qualité du lait : il peut en améliorer les apports nutritionnels et en améliorerait même le gout. Plus riche grâce au Fenugrec, le lait aiderait ainsi à prévenir les coliques ainsi que les gaz chez les bébés.

Toujours dans le « domaine de l’allaitement », le Fenugrec est très riche en fer. Il convient ainsi très bien aux femmes allaitantes (celles qui viennent d’accoucher ainsi que les personnes âgées et souffrantes de drépanocytose aussi d’ailleurs) pour prévenir, mais aussi pour traiter une anémie causée par une carence en fer.

En ce qui est des bienfaits du Fenugrec en dehors de l’allaitement, il augmenterait également l’appétit. Là encore, je me sentais concernée. En effet, bien que l’appétit je l’avais déjà, je voulais en avoir plus pour m’assurer de calories suffisantes pour allaiter 2 bébés à la fois et de s’occuper en tout de 4 enfants. Eh oui, entre les allaitements, les soins, les bains, les courses, la préparation des repas, emmener et chercher les plus grands à l’école, le ménage et j’en passe, élever 4 enfants est tout simplement « un sport plus qu’intense ». Encore mieux, le Fenugrec augmenterait l’appétit tout en favorisant l’élimination de mauvais cholestérol. Il aiderait ainsi à prévenir les maladies cardiovasculaires. Ce qui me rassurait également beaucoup, avec « tout ce que je mange ».

Mais le Fenugrec permettrait également de prévenir certains cancers, dont justement celui des seins, mais aussi de la vésicule biliaire et du colon, grâce au fait qu’il est riche en antioxydant.

Comment le Fenugrec a agi sur moi

 

Sur la quantité de lait, je n’ai vraiment rien à dire. En effet, j’ai été même obligé d’acheter un tire-lait, tellement mes seins gonflaient quand l’un ou mes deux petits derniers ne se réveillaient pas trop souvent la nuit. Ceci dit, je ne remplissais pas non plus « un seau » avec mon tire-lait. Je dirais plutôt que ma production de lait a tout au moins doublé.

Sur la qualité du lait, le petit dernier avait effectivement de moins en moins de colique. Mais bon, là aussi, il y a beaucoup du fait qu’il ait largement dépassé les 4 mois et que c’est surtout avant cet âge que les bébés ont le plus de colique. Pour le gout, comme les 2 petits boutchous ne peuvent pas s’exprimer là-dessus, je vous dirai tout simplement qu’ils ont apprécié autant qu’avant (en tout cas, ils n’ont pas repoussé mes seins).

En ce qui est de l’appétit, je confirme également les bienfaits du Fenugrec. Je ne dirai pas que j’ai tout le temps faim, mais lors des repas (et des grignotagesJ), la quantité que je mange s’en est trouvé augmentée. Attention donc à celles et ceux qui veulent perdre du poids. Moi, je ne saurais vous dire combien de poids j’ai gagné puisque ma balance, je l’ai donné en cadeau, au profit du summum des « symbioses » entre une mère et son (ses) enfant(s).

Pour la prévention de l’anémie, là aussi, je n’ai aucun doute quant au Fenugrec. Mon médecin pourra d’ailleurs vous le confirmer.

Enfin, concernant l’élimination de mauvais cholestérol et la prévention des cancers, je reviendrai vers vous après quelques années et je vous dirai si ça a marchéJ.

J’allais oublier, avec Fenugrec, on peut être tout à fait être tranquille puisque moi en tout cas, je n’ai ressenti aucun effet secondaire.

Les plus :

  • 100% naturel, ne présentant que très rarement des effets secondaires
  • Résultat rapide dans l’augmentation de la quantité de lait (72heures)
  • Améliore également la qualité du lait (plus d’apports nutritionnels)
  • Plusieurs autres bienfaits : prévention et traitement de l’anémie, pourrait limiter les risques de certains cancers…
  • Disponible sous plusieurs formes (gélules, comprimés, poudres, graines) et ce, facilement (sur internet, en grandes surfaces, en herboristerie…)

Les moins :

  • Ne convient pas aux femmes enceintes car peut provoquer une fausse couche
  • Avis du médecin « obligatoire » pour les personnes diabétiques
9

TRES EFFICACE

Lost Password